14-18 Langres

en guerre

Le comité municipal de secours aux prisonniers de guerre de l'arrondissement de Langres


Une autre catégorie de combattant est bientôt prise en compte : les prisonniers de guerre. Le 18 septembre 1915, alors que le maire propose au conseil municipal de voter un crédit pour le comité de secours aux prisonniers de guerre haut-marnais basé à Chaumont, certains conseillers proposent la création d’un comité langrois. « L’assemblée se ralliant à cette proposition, décide la constitution d’un comité local qui portera le nom de : « Comité de secours aux Prisonniers de guerre Langrois » et qui sera composé de la Municipalité et de M. M. Denizet, Maranget et Hugues, conseillers municipaux. » Un crédit de 500 francs est voté.

Le comité est dissout le 31 janvier 1919 par délibération du conseil municipal. C’est l’occasion pour les membres de faire le bilan de ces années de fonctionnement. L’objectif poursuivi est l’envoi de colis de vivres et de vêtements, sous-vêtements et chaussures aux prisonniers dans les camps allemands. Les prisonniers sont classés en trois catégories en fonction de leur situation familiale : les Nécessiteux, les Demi-Nécessiteux et les Aisés. Chaque catégorie reçoit un nombre de colis différent.

Afin d’accueillir les familles et de confectionner les colis, une salle dans l’Hôtel de Ville est mise à la disposition du comité. Le bureau est ouvert le jeudi de 10h30 à 11h30. Le financement est basé sur les dons de particuliers. La Ville de Langres verse une subvention sur la période de fonctionnement égale à 1000 francs, et le Conseil Général de la Haute-Marne 3450 francs, ce qui peut paraître bien peu en regard des 25 537,24 francs du budget total.

Comme le Foyer du Soldat, ce comité repose sur l’implication des bénévoles. Lors de la dissolution, le secrétaire, M. Hugues, n’oublie pas de remercier les Dames Langroises qu’il ne nomme pas « pour ne pas blesser leur modestie » ainsi que « Messieurs les Curés des deux paroisses Saint-Martin et Saint-Mammès qui par leur appel chaleureux aux fidèles, ont augmenté nos ressources » et tous ceux qui ont participé à la confection des colis.

Du 1er octobre 1915 au 1er novembre 1918, 57 prisonniers langrois ont bénéficié de colis. Parmi eux, 33 Nécessiteux, 15 Demi-nécessiteux et 9 Aisés. En tout, 1607 colis de vivres et 192 de vêtements, chaussures, sous-vêtements et de linge leur ont été envoyés. Elargissant son rayon d’action à l’arrondissement, le comité a envoyé 53 colis à des prisonniers originaires des environs de Langres à la seule condition qu’ils soient payés par les familles et non par le comité langrois. Afin de s’assurer de la bonne réception des colis, ceux-ci étaient envoyés avec accusés de réception complétés et signés par les prisonniers.

Après l’Armistice, le comité continue à fonctionner auprès des prisonniers de retour de captivité : « Les prisonniers Langrois Nécessiteux et Demi-nécessiteux ont reçu chacun un secours en argent de 21 francs, un colis de vivres et les plus nécessiteux un colis de sous-vêtements et linge. »

A sa dissolution, le comité cède ses réserves de linge et de nourriture ainsi que 1273,14 francs au Bureau de Bienfaisance de la Ville de Langres. L’œuvre Départementale des Orphelins de la Guerre, basée à Chaumont, reçoit les 1000 francs restants.

Hôtel de Ville

Mentions Légales | Plan

Office de Tourisme du Pays de Langres - BP16 - 52201 Langres cedex - Tél : 03 25 87 67 67 - Fax : 03 25 87 73 33